Vers une meilleure prise en charge de votre santé avec Macron ?

Si l’on se réfère au programme d’Emmanuel Macron, le secteur de l’assurance santé connaîtra de grandes réformes au cours de son quinquennat.

Emmanuel Macron veut rénover le secteur de la santé

L’ancien ministre de l’Économie français prévoit, pour les cinq prochaines années de son éventuel mandat présidentiel, de réformer le secteur médical. Dans son programme, Emmanuel Macron a dressé toute une liste de résolutions à appliquer dans ce domaine.

Pour cette année 2017, le numerus clausus déterminant le nombre des médecins en formation auprès des universités françaises est de 8.124 tandis que les maisons de santé en activité sont au nombre de 1.000. Macron aspire à accroître le nombre de médecins étudiants dans les universités. Pour cela, il mise sur une contribution effective de la télémédecine afin d’atteindre cet objectif.

Par ailleurs, il envisage que d’ici 2022, le nombre de ces centres de santé se dédoublera jusqu’à atteindre les 2.000 établissements. Pour appuyer ces projets, Emmanuel Macron de précise : « Il vaut mieux investir un euro aujourd'hui dans le préventif que cinq euros dans le curatif ».

Quelle réforme concernerait directement le patient ?

L’application du système de tiers-payant devrait être généralisé dans tous les domaines médicaux. Ainsi, les patients n’acquitteront plus qu’une partie de leurs factures médicales, et le reste sera pris en charge par les complémentaires santé.

Une prise en charge intégrale de certaines dépenses de santé comme les lunettes et les prothèses dentaires

Emmanuel Macron promet d’investir la somme de 5 milliards d’euros dans le secteur santé. Cet investissement servira principalement à la modernisation de l’hôpital.

Emmanuel Macron prévoit le remboursement intégral d’un certain nombre de dépenses de soins, à savoir : les lunettes, la prothèse dentaire ainsi que la prothèse auditive. Selon Emmanuel Macron, cette décision n’implique aucune augmentation des prix des mutuelles, ce qui favorisera un esprit de compétition au niveau des établissements d’assurance. 

A lire aussi :